Corinne Gobin – Belgium

Corinne Gobin is director of the Group of research on the international actors and their speeches (GRAID), Free University of Bruxelles. She conducts research projects like ‘Reforms of the retirements and right of the workers’, and ‘Resources of the Workers, Employment and Social Rights in Europe’ (RESORE), or policies of education of the European Commission: analyze lexicon and statistics on education.

.jd800643-rogne-r15p.JPG.

Sorry, I could not find any photo of Corinne Gobin.

Comparison with other international organizations’, and also ‘the social movement of the anti- alter-mondialisation in French-speaking Belgium. Analyze of the actors and their social-political representations’.

Corinne Gobin is an engaged researcher on ‘human conditions and the European Unions social construction’. About the European Constitution, she wrote the following text (translated from French by Google / see below the original text in french):

The draft treaty European known as constitutional: a weapon of massive destruction of the democracy, by Corinne Gobin, researcher qualified FNRS, director of the GRAID at the Institute of Sociology, Bruxelles:

The forces progressists in Europe, of which part of the trade unions, which support the project of “constitutional treaty” make it because they underestimate the political significance completely, the legal force and the impact symbolic system of this document. European construction was always presented in the handbooks of history like a beautiful history of fraternization between the people, that of the kind “it was once… and they married and were happy until the end of time”. Among that, that one tells to deaden the people, it is urgent to awake, dare to go to see what is behind the incense, the laurel wreathes, the veils and the airs of lute.

The forces progressists in favour of “yes” did not include/understand what, in a fundamental way, was concerned through the adoption of this text. Confrontation between “nationalists” and “europeanists” is only very marginal, as opposed to what many media take pleasure to describe. We are plunged in the heart of a confrontation to define what is a company and what is a political power. With these questions: “how to live in company”, the answers provided by the draft treaty are organized in a frightening arsenal to impose on the level of the European continent, and this for one unlimited period, a refusal of democratic control and vote for all, the negation of the right of the people to self-determination. This text organizes in fact a against-democracy.

It is not a treaty like another, it can in no measurement be compared with the precedents (Nice, Amsterdam, Maastricht…). Already the title even of this text is a semantic nonsense which concerns one trickery with regard to the people ( Treated establishing a Constitution ). Indeed, this ratified text as an ordinary treaty will have legal authenticity and symbolic system of “supreme Constitution”: not only the text in itself will be higher than all the Constitutions and national laws but in more it imposes the fact that any constraining European act, like a payment or a decision, is higher than any Belgian or international legal source including again, our national Constitutions. But however, it gives itself the forms of a Treaty. I.e. of a text whose contents are the result of negotiations between governments which integrated governmental policies into it, there solidifying a political program by nature circumstantial. Whereas this text gives itself the means of being quasi eternal (how to dare to claim that the European Commission, the European Parliament, 25 governments and 25 heads of State (and soon more still) as more than fifty national parliamentary assemblies will be able easily to mean and decide less future modification unanimously?). The only realistic manner to change this text will concern then the revolution or the political coup d’etat!

It gives itself the forms of a Treaty, i.e. it is also posed like a concerning object field of the intergovernmental diplomatic negotiation: for this reason, it will be adopted with a simple majority in the Belgian parliamentary assemblies, without any possibility of amendment, therefore without possibility of proposing an unspecified improvement.

We summarize. We will have a single Constitution which imposes on unlimited period, with a practical impossibility structural of reform, a political program (which in addition is a programme of complete liberalization of the companies, i.e. of desocialisation of the collective inheritances: liquidation of the public services and the public economic sectors, lowering of the social security to a charitable policy of minimal assistance because of the vice of the Pact of stability…) elaborate and instituted by the diplomatic way, therefore above the European people, by burying the procedure of the elective mandate which institutes constituent. This new Constitution taking the step on the old one without the Belgian constitutional requirement of modification of the Constitution has, neither of nor, respected by far near. Refusal of the vote for all (imposition at unlimited period of a political program, Belgian Parliaments lowered with rooms of ratification), refusal of the base of the old constitutional order, based on the exercise of the sovereignty of the people which elect, through special procedures, constituent elected officials, as soon as it is a question of changing was this only one comma with the constitution. However with the European constitutional treaty, we change at the same time the statute, nature and the contents into entirety of the Belgian Constitution (becoming subordinated to another, it cannot any more be read and interpreted same manner).

Moreover, if we replace this text in his exceptional context of development marked by 20 years of reform of the Treaty of Rome (5 successive reforms between 1985 and 2005), this document becomes the symbol of the end of this former time of reform: it is also for that that the term of “Constitution” was mobilized, to begin a future long period of institutional stability and thus of stability of the texts.

But it is not all, this text imposes a radical revision of what is a political power, by denying all the elements which had allowed in 250 years, since Montesquieu, to gradually build barriers against the absolute and arbitrary capacity. We are vis-a-vis a company of restoration of a structure of being able nearer to Ancien Régime than of the modern States.

The central democratic values of independence, of separation of the capacities, control and sanction democratic between the capacities in order to constitute prompt countervailing powers to stop any authoritative drift dissolve in this text. The executive power hypertrophies (it is made up at the same time of the Commission, the Council of Ministers, the European Council, the central Bank) and its lawful capacity is enormous. And yet the essence of its components are not subjected to control and the sanction of the only body elected by the vote for all, the Parliament. Only the Commission can be sanctioned by the Parliament and still, only collégialement and in the case of a bad management, not on the contents of its policy. The other bodies are very powerful. This power all the more returns shocking the position of a Parliament, which is not really one: without really autonomous legislative initiative, link of a legislative wheel where the Council dominates, excluded from many essential matters where it just is consulted or informed, without capacity of countervailing power vis-a-vis an extremely broad lawful capacity. Moreover, as regards conferring of powers between the various institutions and the various functions, this text specializes systematically in the blur or the indetermination (”in the adapted cases “, “for provisional measures”, “without damage” by what precedes…), the indetermination culminating in a surrealist way in an article (I-38) where when the type of act to be adopted is not expressly envisaged by the Constitution, the institutions (which??) choose with the case not cases! The charter of the basic rights undergoes it also this blur which makes impossible for each one of us the knowledge of what are our rights, the majority returning for their precise definition with the practices and the laws in force in the 25 countries. How as regards right will be able one to make “an average” of what is applied to know what will be applicable? Open there, in these indeterminations systematic, a phenomenal capacity given to the judges, only able to either only interpret but statement the exact contents of the rights. They lay out thus, them also, of a normative capacity. And yet those, within the Court of Justice, are not even irremovable because they are named by the governments with renewable mandates, they can thus be under influence. The whole of our rights and competences allotted to the capacities are not hidden any more behind the walls of the castles but their knowledge did not become inaccessible thus less of it. Let us point out what the whole of the text of the treaty (with the annexed declarations and protocols which makes it possible to interpret the direction of the text) made 854 pages is 17 times more than the Belgian Constitution which is limited to 50 pages… No one is not supposed to be unaware of the law…?

And we do not even tackle here the question of the contents of the political program imposed by this text. Only one remark nevertheless. If one goes down in this text to a degree from sufficient detail that for, in a special article, to impose the respect of the good being of the animals (Article Iii-121), any absence, any silence becomes all the more violent about it: however no article proclaims the right to the wages.

In addition, insistence in this constitutional treaty on the need for developing for each State their arsenal military all the more takes a worrying consonance that is instituted under our eyes a political order which dismantles the whole of the parapets against any form of arbitrary capacity.

We can also legitimately ask us what become our States, examined with the national level, once subjected to the yoke of this text. Which political object do they become? Institutions which do not lay out any more any monetary capacity, which is very forced in their way of raising taxes (competitive taxation, pact of stability which preaches for the reduction in the direct tax on the incomes…), which do not lay out any more freedom to make and invent a policy, this one being strictly fixed in the text supreme and forced at the same time by the imperative order of budgetary cleansing or prohibition of the State aid, which do not lay out more than one resident population (freedom of establishment and freedom of movement between the Member States) and where the territorial reference is before all that of the Union or country of origin), which is invited to dialogue very closely with the Churches…?

——————————————————————

And now in the original language, in french – et maitenat le texte d’origine en français:

Le projet de traité européen dit constitutionnel : une arme de destruction massive de la démocratie, par Corinne Gobin, chercheur qualifié FNRS, directrice du GRAID à l’Institut de Sociologie, Bruxelles.

Les forces progressistes en Europe, dont une partie des syndicats, qui soutiennent le projet de « traité constitutionnel » le font parce qu’elles sous-estiment complètement la signification politique, la force juridique et l’impact symbolique de ce document. La construction européenne a toujours été présentée dans les manuels d’histoire comme une belle histoire de fraternisation entre les peuples, celle du genre « il était une fois…et ils se marièrent et furent heureux jusqu’à la fin des temps ». De celle que l’on raconte pour endormir les peuples, il est urgent de se réveiller, d’oser aller voir ce qui se trouve derrière l’encens, les couronnes de laurier, les voiles et les airs de luth.

Les forces progressistes en faveur du « oui » n’ont pas compris ce qui, de façon fondamentale, était en jeu à travers l’adoption de ce texte. La confrontation entre « nationalistes » et « européanistes » n’est que très marginale, contrairement à ce que de nombreux médias se complaisent à décrire. Nous sommes plongés au cœur d’une confrontation pour définir ce qu’est une société et ce qu’est un pouvoir politique. A ces questions : « comment vivre en société », les réponses fournies par le projet de traité s’organisent en un arsenal redoutable pour imposer à l’échelon du continent européen, et ce pour une durée illimitée, un déni du contrôle démocratique et du suffrage universel, la négation du droit des peuples à l’autodétermination. Ce texte organise en fait une contre-démocratie.

Il n’est pas un traité comme un autre, il ne peut être en aucune mesure comparé aux précédents (Nice, Amsterdam, Maastricht,…). Déjà le titre même de ce texte est une absurdité sémantique qui relève d’une supercherie à l’égard des peuples (Traité établissant une Constitution). En effet, ce texte ratifié comme un traité ordinaire aura valeur juridique et symbolique de « Constitution suprême » : non seulement le texte en lui-même sera supérieur à toutes les Constitutions et lois nationales mais en plus il impose le fait que tout acte européen contraignant, comme un règlement ou une décision, soit supérieur à toute source juridique belge ou internationale y compris à nouveau, nos Constitutions nationales. Mais pourtant, il se donne les formes d’un Traité. C’est-à-dire d’un texte dont le contenu est le résultat de négociations entre gouvernements qui y ont intégré des politiques gouvernementales, y figeant un programme politique par nature circonstanciel. Alors que ce texte se donne les moyens d’être quasi éternel (comment oser prétendre que la commission européenne, le parlement européen, 25 gouvernements et 25 chefs d’État (et bientôt plus encore) ainsi que plus de cinquante assemblées parlementaires nationales pourront facilement s’entendre et décider unanimement de la moindre modification future ?). La seule manière réaliste de changer ce texte relèvera alors de la révolution ou du coup d’État politique !

Il se donne les formes d’un Traité, c’est-à-dire qu’il se pose aussi comme un objet relevant du domaine de la négociation diplomatique intergouvernementale : à ce titre, il sera adopté à une majorité simple dans les assemblées parlementaires belges, sans aucune possibilité d’amendement, donc sans possibilité de proposer une amélioration quelconque.

Résumons-nous. Nous allons avoir une Constitution unique qui impose à durée illimitée, avec une quasi-impossibilité structurelle de réforme, un programme politique (qui par ailleurs est un programme de libéralisation complète des sociétés, c’est-à-dire de désocialisation des patrimoines collectifs : liquidation des services publics et des secteurs économiques publics, rabaissement de la sécurité sociale à une politique charitable d’aide minimale à cause de l’étau du Pacte de stabilité,…) élaboré et institué par la voie diplomatique, donc au-dessus des peuples européens, en enterrant la procédure du mandat électif qui institue une constituante. Cette nouvelle Constitution prend le pas sur l’ancienne sans que la règle constitutionnelle belge de modification de la Constitution n’ait, ni de près ni de loin, été respectée. Déni du suffrage universel (imposition à durée illimitée d’un programme politique, parlements belges rabaissés à des chambres d’entérinement), déni du fondement de l’ancien ordre constitutionnel, fondé sur l’exercice de la souveraineté du peuple qui mandate, à travers des procédures spéciales, des élus constituants, dès qu’il s’agit de changer ne fût-ce qu’une virgule à la constitution. Or avec le traité constitutionnel européen, nous changeons à la fois le statut, la nature et le contenu en entier de la Constitution belge (devenant subordonnée à une autre, elle ne peut plus être lue et interprétée de la même manière).

En outre, si nous replaçons ce texte dans son contexte exceptionnel d’élaboration marqué par 20 ans de réforme du Traité de Rome (5 réformes successives entre 1985 et 2005), ce document devient le symbole de la clôture de ce temps antérieur de réforme : c’est aussi pour cela que le terme de « Constitution » a été mobilisé, pour commencer une future longue période de stabilité institutionnelle et donc de stabilité des textes.

Mais ce n’est pas tout, ce texte impose une révision radicale de ce qu’est un pouvoir politique, en niant tous les éléments qui avaient permis en 250 ans, depuis Montesquieu, de construire progressivement des barrières contre le pouvoir absolu et arbitraire. Nous sommes face à une entreprise de restauration d’une structure de pouvoir plus proche de l’ancien régime que des États modernes.

Les valeurs démocratiques centrales d’indépendance, de séparation des pouvoirs, de contrôle et de sanction démocratiques entre les pouvoirs en vue de constituer des contre-pouvoirs prompts à stopper toute dérive autoritaire se dissolvent dans ce texte. Le pouvoir exécutif s’hypertrophie (il est composé à la fois de la Commission, du Conseil des ministres, du Conseil européen, de la Banque centrale) et son pouvoir réglementaire est énorme. Et pourtant l’essentiel de ses composantes ne sont pas soumis au contrôle et à la sanction du seul organe élu au suffrage universel, le parlement. Seule la Commission peut être sanctionnée par le parlement et encore, seulement collégialement et dans le cas d’une mauvaise gestion, pas sur le contenu de sa politique. Les autres organes sont tout puissants. Cette puissance rend d’autant plus choquante la position d’un Parlement, qui n’en est pas vraiment un : sans initiative législative réellement autonome, maillon d’un rouage législatif où le Conseil domine, exclu de nombreuses matières essentielles où il est juste consulté ou informé, sans capacité de contre-pouvoir face à un pouvoir réglementaire extrêmement large. De plus, en matière d’attribution de compétences entre les différentes institutions et les différentes fonctions, ce texte se spécialise systématiquement dans le flou ou l’indétermination (« dans les cas appropriés », « pour des mesures provisoires », « sans préjudice » de ce qui précède ,…), l’indétermination culminant de façon surréaliste dans un article (I-38) où lorsque le type d’acte à adopter n’est pas expressément prévu par la Constitution, les institutions (lesquelles ??) choisissent au cas pas cas ! La charte des droits fondamentaux subit elle aussi ce flou qui rend impossible pour chacun de nous la connaissance de ce que sont nos droits, la plupart renvoyant pour leur définition précise aux pratiques et aux lois en vigueur dans les 25 pays. Comment en matière de droit pourra-t-on faire « une moyenne » de ce qui est appliqué pour savoir ce qui sera applicable ? S’ouvre là, dans ces indéterminations systématiques, un pouvoir phénoménal donné aux juges, seuls capables non plus seulement d’interpréter mais de dire le contenu exact des droits. Ils disposent ainsi, eux aussi, d’un pouvoir normatif. Et pourtant ceux-ci, au sein de la Cour de justice, ne sont même pas inamovibles car ils sont nommés par les gouvernements avec mandats renouvelables, ils peuvent donc être sous influence. L’ensemble de nos droits et des compétences attribués aux pouvoirs ne sont plus cachés derrière les murailles des châteaux mais leur connaissance n’en est pas ainsi moins devenue inaccessible. Rappelons que l’ensemble du texte du traité (avec les déclarations et protocoles annexés qui permettent d’interpréter le sens du texte) fait 854 pages soit 17 fois plus que la Constitution belge qui se limite à 50 pages…Nul n’est censé ignorer la loi… ?

Et nous n’abordons même pas ici la question du contenu du programme politique imposé par ce texte. Une seule remarque quand même. Si l’on descend dans ce texte à un degré de détail suffisant que pour, dans un article spécial, imposer le respect du bien être des animaux (art. III-121), toute absence, tout silence en devient d’autant plus violent : or aucun article ne proclame le droit au salaire.

Par ailleurs, l’insistance dans ce traité constitutionnel sur la nécessité de développer pour chaque État leur arsenal militaire prend d’autant plus une consonance inquiétante que s’institue sous nos yeux un ordre politique qui démantèle l’ensemble des garde-fous contre toute forme de pouvoir arbitraire.

Nous pouvons aussi légitimement nous demander ce que deviennent nos États, examinés à l’échelon national, une fois soumis au joug de ce texte. Quel objet politique deviennent-ils ? Des institutions qui ne disposent plus d’aucun pouvoir monétaire, qui sont très contraintes dans leur façon de lever des impôts (fiscalité compétitive, pacte de stabilité qui prêche pour la diminution de l’impôt direct sur les revenus,…), qui ne disposent plus de la liberté de faire et d’inventer une politique, celle-ci étant strictement fixée dans le texte suprême et en même temps contrainte par l’ordre impératif d’assainissement budgétaire ou d’interdiction des aides d’État, qui ne disposent plus d’une population fixe (liberté d’établissement et libre circulation entre les États membres) et où la référence territoriale est avant tout celle de l’Union ou celle voulue par l’Union (débat sur le principe du pays d’origine), qui sont invités à dialoguer très intimement avec les Églises,… ?

Le projet de traité constitutionnel ne peut être comparé aux textes précédents (que ce soit pour dire qu’il est mieux que « Nice » ou qu’il est « aussi mauvais », et que finalement cela ne change pas grand chose par rapport à la situation antérieure, alors pourquoi faire une crise pour si peu…), il appartient à un registre différent, par « hybridation ». Il a été pensé et rédigé et il dispose du pouvoir nécessaire pour être l’unique texte de référence auquel chaque pouvoir national devra se soumettre dans une nouvelle relation de loyauté sans faille (art.I-5) à l’égard d’un nouvel ordre politique où la collégialité des États s’impose comme le nouveau pouvoir dominant (ainsi l’ancien principe dit de « subsidiarité » est très relativisé par le fait que l’Union européenne disposera de compétences exclusives et que, en cas de compétences partagées, c’est elle qui définira unilatéralement la distribution des compétences). Le pouvoir national ne pourra plus jamais faire que ce qu’il y a dans le traité, ou mieux, mais ni moins ni autre chose, si cet autre chose peut perturber le marché intérieur.

Le seul combat possible pour tout démocrate est de dire non à ce texte, en toute connaissance de cause, c’est-à-dire en l’ayant réellement lu (une partie des déclarations et protocoles annexés sont très importants pour interpréter le sens du texte : ainsi, on apprend dans la déclaration n°12 que « le droit à la vie » proclamé dans le texte ne couvre pas le fait que l’on puisse légalement donner la mort en cas d’émeute ou d’insurrection).

links:

the European Research Institute;

the mirage of a social Europe;

encore de la Constitution Européenne;

and same in english (Google translated);

uncoy;

rencontres scientifiques,

and in english translated by Google;

attac France,

and in english translated by Google;

quand au dialogue social en Europe;

and same in english (Google translated).

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.