Serge Halimi – France

SOME of the most down-at-heel homes in the remotest villages of West Virginia sport posters for George Bush and Dick Cheney, although their occupants surely do not expect to gain from any further reductions in capital gains tax.

Serge Halimi – France

We see a lot of “We support our troops” signs. We meet a brother and sister in the state capital, Charleston, who will vote Republican for “religious reasons”; yet the brother is a schoolteacher and he has no health insurance.

West Virginia is coal-mining country. Mines with their pithead gear are still a common sight among the hills and rivers, served by winding roads and railways. Free trade is not popular here. Nor are environmentalists, who are suspected of endangering the few remaining jobs in industry that relocations and pit closures have spared. And the issue of gun control plays into the hands of the most reactionary candidates. In early November schools close on the day that the deer-hunting season opens. Several thousand animals are slaughtered in just a few hours but, we are told:

“They’re as common as pigeons round here.” (see the rest of this article: Bush’s Appeal To America’s Underclass here … )

Serge Hamili about liberalisme (translated from French by Google, see the original French text below): “The great jump backward, or how the liberal order is imposed to the world” with Serge Halimi.
Since 1970, the economic difficulties (slowed down growth, inflation, even both at the same time) strike the economies known as socialist and those of the countries where existed a Stata capitalism not too much unequal, appreciably less unequal than today.
Progessively we come back to the dogma of laissez-faire. And to the law of strong money”, with a remaining strong State – but which moves from the social towards social control. This is the great jump backward.

What happened? Generally several explanations are proposed. The crisis, ideological victory of the neoliberalism, right-wing policy victory. Too often these explanations are advanced separately, but for Serge Halimi this is a built history, very thought, in which each wheel tends to support the following.

“The Crisis”? It’s always calling it a crisis (about social security, retirements,or the public services) that are forced those which refuse liberal “reforms”.

However, a crisis, is like a thunder clap on an electric transformer. It stops the usual walk of the things. But we do not know what will happen there when the ectricity is restored: it does not lead to a foreseen answer.

The Crisis of the Thirties leads on the New Deal in the United States, on the Popular Front in France, on the national-socialisme in Germany, nothing considerable in the United Kingdom while at the same time this last country was struck particularly strong.

At the beginning of the Eighties, “the crisis” helps the election of Ronald Reagan in the United States and, six months later, the one of François Mitterrand in France.

All things considered, if crisises start research another order, it does not say which other order it will be.

And, the néolibérale order then? Professional work of néolibérals will propose a probable interpretation of the crisis (smothering of the contractors and productive forces by the States growing weight, Hayek calls it the road of constraints ) and a comprehensible solution (what Reagan will call “the magic of the market”).

From end of the Forties to the end of the Sixties, the néoliberals agree on the means and the objectives, but their prospects for success are still distant. The political and social convulsions of the Sixties, the economic difficulties which follow change a bit the stake. And will constitute for them an opening.

At the end of the Seventies, the priority becomes the same one almost everywhere: the fight again inflation. Unemployment increases. It will be at the same time used to attach the wage claims and to break the trade unions. The néolibérals ones triumph. Very early, they thought the unthinkable.

The provisions suggested by Hayek in 1960 in its Constitution of freedom appeared insane at this time – “unregulate, privatise, reduce and simplify the social safety programs, to decrease protection against unemployment, to remove the programmes of housing subsidy and the control of the rents, to abolish the production and price control in ariculture, to reduce the trade-union capacity” .

This ideological success is partly the voluntarist result of a political marketing at the universities. It will be the role of rightist American think tanks, but also that of intergovernmental ganisations like OCDE, the IMF, the World Bank.

They will give an smooth appearances to the preferences of néolibéraux and the interests of the large most committed companies in social revenge. They will invest the business of the ideas so that this business of the ideas supports in priority the ideas of the business.

Ideological work, political work too. And, each time, voluntarist approaches. But, not an explication by the economic crisis, an explication by ideological marketing would be enough. The market of the néolibéral ideas will require to succeed a transformation of political and social stakes.

Political and social explanation / the program of rightist ideologists would never had succeeded, ever triumphed if, in the United States, but also elsewhere, an increasing separation would’nt happened between popular categories, in any case a part of them, and the left.

Those in the United States one will call “Nixon Democrats” , then later “Reagan Democrats” (let us say approximately the workmen and white, catholic employees of Midwest and the North-East, Protestants of the South).

This fracture, which intervenes on the racial questions, social help, from fight against the delinquency, defense of the values of traditional morals, make free part of the customers of the left to the profit of the right-hand side.

All things considered, these three explanations are combined/ And they are enough only when they are combined: as from the Seventies, the situation economic and social is degraded, the intellectuals of right-hand side explain this situation with their manner, the left or what holds some place loses part of the people.
Without problem to solve, useless délaborer solutions. Without social and political base to make pass these solutions, the solutions néolibérales would have probably constituted of the paperboards darchives examined by some researchers in social sciences in evil of subject of thesis.

Once activated the machine to produce unthinkable policies earlier twenty years, once that the United States and the United Kingdom rocked in the neoliberalism, the Western rest of the world is more tempted to follow.
And the international economic organizations (OECD, the IMF, the World Bank) semployer will make “consensus of Washington”, precepts of lécole of Chicago, the new Gospels.
To build what Noam Chomsky called “the paradise of the Masters”.

The shortly after the war, Friedrich Hayek feared a “spiral collectivist”, the Road of the constraint. Cest from now on the spiral of the market. The fall of the dominos changed direction.

Et maitenant ce text dans son origine – en français:

Le grand bond en arrière, ou comment l’ordre libéral s’est imposé au monde » avec Serge Halimi:

A partir des années 1970, les difficultés économiques (croissance ralentie, inflation, voire les deux à la fois) frappent les économies dites socialistes et celles des pays où existait un capitalisme d’Etat pas trop inégalitaire, sensiblement moins inégalitaire en tout cas qu’aujourd’hui.
Progressivement, on en revient au dogme du laissez-faire. Et à la loi de l’ « argent fort », avec un Etat fort qui subsiste – mais qui se redéploie du social vers le contrôle social. C’est le grand bond en arrière.

Que s’est-il passé ? On propose en général plusieurs explications. La crise, la victoire idéologique du néolibéralisme, la victoire politique de la droite. Trop souvent ces explications sont avancées séparément alors que pour Serge Halimi, il s’agit d’une histoire très construite, très pensée, dans laquelle chaque rouage tend à favoriser le suivant.

« La Crise » ? / C’est toujours en invoquant une crise (dans le domaine de la sécurité sociale, des retraites, des services publics) qu’on force plus facilement la main de ceux qui refusent les « réformes » libérales.
Cependant, une crise, c’est un coup de tonnerre sur un transformateur électrique. Il interrompt la marche habituelle des choses. Mais on ne sait pas ce qui va en sortir quand l’électricité sera rétablie : elle ne débouche pas sur une réponse jouée d’avance.

La crise des années 30 débouche sur le New Deal aux Etats-Unis, sur le Front populaire en France, sur le national-socialisme en Allemagne, sur rien de considérable au Royaume-Uni alors même que ce dernier pays a été frappé particulièrement fort.
Au début des années 80, « la crise » favorise l’élection de Ronald Reagan aux Etats-Unis et, six mois plus tard, celle de François Mitterrand en France.
En somme, si la crise déclenche la recherche d’un autre ordre, elle ne dit pas quel autre ordre ce sera.

« L’idéologie néolibérale » alors ? / Le travail intellectuel des néolibéraux va proposer une interprétation vraisemblable de la crise (étouffement des entrepreneurs et des forces productives par le poids croissant de l’Etat, ce que Hayek appelle La route de la servitude) et une solution compréhensible (ce que Reagan appellera « la magie du marché »).
De la fin des années 40 à la fin des années 60, les néolibéraux s’accordent sur les moyens et les objectifs, mais leurs perspectives de réussite sont encore éloignées. Les convulsions politiques et sociales des années 60, les difficultés économiques qui suivent changent un peu la donne. Et vont constituer pour eux une ouverture.
A la fin des années 70, la priorité devient presque partout la même : la lutte contre l’inflation. Le chômage augmente. Il servira à la fois à brider les revendications salariales et à casser les syndicats. Les néolibéraux triomphent. Très tôt, ils ont pensé l’impensable..
Les dispositions proposées par Hayek en 1960 dans sa Constitution de la liberté paraissaient folles à l’époque – « déréglementer, privatiser, réduire et simplifier les programmes de sécurité sociale, diminuer la protection contre le chômage, supprimer les programmes de subvention au logement et le contrôle des loyers, abolir le contrôle des prix et de la production dans l’agriculture, réduire le pouvoir syndical ».
Cette réussite idéologique est en partie le résultat d’un travail volontariste de marketing politique à couverture universitaire. Ce sera le rôle des think tanks de la droite américaine, mais aussi celui d’organisations intergouvernementales comme l’OCDE, le FMI, la Banque mondiale.
Ils vont donner un habillage savant aux préférences des néolibéraux et aux intérêts des grandes entreprises les plus engagées dans la revanche sociale. Ils vont investir le business des idées pour que ce business des idées favorise en priorité les idées du business.
Travail idéologique, travail politique aussi. Et, à chaque fois, approche volontariste.
Mais, pas davantage que l’explication par la crise économique, l’explication par le marketing idéologique ne suffit. Le marché des idées néolibérales va exiger pour aboutir une transformation de la donne politique et sociale.

L’explication politique et sociale / Le programme des idéologues de la droite n’aurait jamais triomphé si, aux Etats-Unis mais aussi ailleurs, une séparation croissante n’était intervenue entre les catégories populaires, en tout cas une partie d’entre elles, et la gauche.
Ceux qu’aux Etats-Unis on appellera les « Nixon Democrats », puis plus tard « Reagan Democrats » (disons en gros les ouvriers et employés blancs, catholiques du Midwest et du Nord-est, protestants du Sud).
Cette fracture, qui intervient sur les questions raciales, d’aide sociale, de lutte contre la délinquance, de défense des valeurs morales traditionnelles, libère une partie de la clientèle de la gauche au profit de la droite.

Et le fait aussi pour des raisons économiques / C’est parce qu’à partir de 1973, le revenu de la majorité des Américains, surtout ceux des milieux populaires, cesse d’augmenter et cessera d’augmenter pendant vingt-cinq ans, que ces Américains (ou Britanniques, ou Français quelques années plus tard) s’intéressent à ce que dit la droite, à son discours de rupture avec l’ordre social existant. En substance : trop d’impôts pour aider les minorités, trop de laxisme judiciaire, trop de libéralisme moral seraient à l’origine du désarroi qu’ils éprouvent dans leurs existences concrètes.
A leurs yeux, la gauche s’est embourgeoisée, éloignée d’eux, a privilégié les « exclus » et les artistes, s’est enfermée dans l’Etat, l’expertise, l’université, l’intelligentsia.
Pire, quand on lui fait un reproche, que fait-elle ? Elle dénonce le populisme. Elle essaie de transformer en pathologie (racisme, paranoïa, manque de culture, repli sur soi) l’opposition que ses politiques suscitent.
En face, la droite se durcit, rompt avec le consensus centriste et keynésien, se veut populaire, anti-élitiste. Elle capitalise sur le ressentiment des « petits blancs » en matière de mœurs, de sécurité, d’éducation, d’immigration. Elle s’adresse aussi aux gens un peu désorientés et mécontents à qui elle offre des clés d’analyse relativement séduisantes : la crise, explique-t-elle, n’est pas celle du capitalisme, mais celle d’une bureaucratie trop présente et paralysante et de valeurs traditionnelles attaquées sans relâche.

En somme, ces trois explications se conjuguent / Et elles ne suffisent que quand on les conjugue : à partir des années 70, la situation économique et sociale se dégrade, les intellectuels de droite expliquent cette situation à leur manière, la gauche ou ce qui en tient lieu perd une partie du peuple.
Sans problème à résoudre, inutile d’élaborer des solutions. Sans base sociale et politique pour faire passer ces solutions, les solutions néolibérales auraient vraisemblablement constitué des cartons d’archives examinés par quelques chercheurs en sciences sociales en mal de sujet de thèse.

Une fois activée la machine à produire des politiques impensables vingt ans plus tôt, une fois que les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont basculé dans le néolibéralisme, le reste du monde occidental est davantage tenté de suivre.
Et les organisations économiques internationales (OCDE, FMI, Banque mondiale) vont s’employer à faire du « consensus de Washington », des préceptes de l’école de Chicago, les nouveaux Evangiles.
A construire ce que Noam Chomsky a appelé « le paradis des maîtres ».

Au lendemain de la guerre, Friedrich Hayek redoutait une « spirale collectiviste », la Route de la servitude. C’est désormais la spirale du marché. La chute des dominos a changé de sens.

Souvenons nous alors ce que Hayek écrivait en 1949, au moment où triomphait la pensée unique keynésienne, où lui et ses amis engageaient leur longue traversée du désert :

« Nous devons être en mesure de proposer un nouveau programme libéral qui fasse appel à l’imagination. Nous devons à nouveau faire de la construction d’une société libre une aventure intellectuelle, un acte de courage. Ce dont nous manquons, c’est d’une Utopie libérale, un programme qui ne serait ni une simple défense de l’ordre établi, ni une sorte de socialisme dilué. Mais un véritable radicalisme libéral qui ne se confine pas à ce qui semble politiquement possible aujourd’hui.
Nous avons besoin de leaders intellectuels, prêts à résister aux séductions du pouvoir et de la popularité, et qui soient prêts à travailler pour un idéal, quand bien même ses chances de réalisation seraient maigres. Ils doivent avoir des principes chevillés au corps, et se battre pour leur avènement, même s’il semble lointain. Les négociations politiques : qu’ils les laissent aux hommes politiques !
La principale leçon qu’un libéral conséquent doit tirer du succès des socialistes est que c’est leur courage d’être utopiques qui leur a valu l’approbation des intellectuels ainsi que leur influence sur l’opinion publique, qui rend chaque jour possible ce qui, récemment encore, semblait irréalisable.
Si nous retrouvons cette foi dans le pouvoir des idées qui fut la force du libéralisme dans sa grande époque, la bataille n’est pas perdue ».

Il est un peu paradoxal qu’aujourd’hui les mots d’Hayek soient à ce point susceptibles d’inspirer ses adversaires

Serge HALIMIs English Publications in the ‘Monde diplomatique:

2005
France: longer hours, shorter pay
2004
What’s the matter with West Virginia?
The United States: Bush’s record
The great leap backwards
Power vacuums in developing countries
2003
United States: politics without the policies (with Loïc Wacquant)
US: a pro-Israel system
United States: an unfree press
2002
Irregular deregulation
There is an alternative
2001
France: his master’s voice
2000
Democracy American style (with Loïc Wacquant)
When information travels at “internet speed” (with Loïc Wacquant)
When business “invests” four billion dollars (with Loïc Wacquant)
When the penal state excludes four million voters (with Loïc Wacquant)
The well-connected rich
Media and disinformation (with Dominique Vidal)
The cyberdamned
1999
Big guns for hire
Trust me, I’m a politician
1998
Means and ends
Liberal dogma shipwrecked
Myopic and cheapskate journalism
Back to politics
1997
When Market Journalism Invades the World
The French left in the Fourth Republic

Other Articles:

in english

Guardian;

monde diplo, about West Virginia;

in ZNet;

selves and others;

America’s underclass;

a surch of democracy;

in french

french wikipedia;

attac France;

media;

acrimed;

le grand bond en arrière;

café politique
;

amazon;

in other languages

memefest;

Uni Granada;


mediawatch
;

observatorio.

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.