Pierre Salama – France

Linked with Strategies and Preparedness for Trade and Globalisation in India, with Rethinking Financial Dependency, and with La décennie perdue et la finance «vicieuse». with Creation of a Global Trade Facility, and with Oxfam, the IMF and the World Bank.

He writes: ”The breakdown of certain capital inflows classified according to their specification (bonds, credits) is useful for analysing the modification of some external constraints and the margin of manoeuvre of governments” (see on UNCTAD India.org, page 38).

Pierre Salama - France one.jpg
Pierre Salama – France

New Causes of Poverty in Latin America. Pierrre Salama: The price rises in Latin America in the 1980s, often in fact hyperinflation, had an inversely proportional effec on incomes. But control over inflation has often in the long run caused a drop in the incomes of the middle and poorer classe. Formerly, poverty spread as inflation accelerated, but now it increases with the growth in unemployment, characterised in particular by the development of the informal economy. In the transition from a relatively closed economy to an open system, the region is seeing a shift in the poverty problem. The means of production era being destroyed rather than restructured.

Widespread poverty due to inefficient production and low incomes – the sign of an underdeveloped society – is being replaced by poverty caused by the inability of economic growth, although it is substantial, to create enough jobs. The paradox of the current situation is that, although the producction sector has been catching up with industrialised countries, it is unable to reduce the poverty of a population which the same gains in productivity prevent from participating in development. This situation should encourage the governments to work towards a redefinition of the prevailing system of accumulation and a redistribution of wealth. Homicides in South America: Are the Poor Dangerous? Abstract: This paper studies the evolution of violence in South America. It analyzes and discusses the influence of different economic variables on homicide rates, using an econometric test based on data of some South American countries during the period 1995-2000. It shows that this economic approach can be usefull but can also be dangerous when it leads to the wrong policies of social exclusion. Furthermore, it also shows how variables such rapid urbanization, low education, and inefficient regulations, together with corruption, play an important role in the generation of violence in South America. Finally, the paper recommends changing the way of perceiving economics and its social implications, by examining the interaction of this discipline with other social sciences. The downloadable doc is in spanish. (Read more on Social Science Research Network).

Understanding violence: A new understanding of violent internal conflicts has emerged form the initiatives of numerous researchers in International relations. It stresses the ethnic character of the conflicts and their economic objectives (looting). As an aggregate of crimes and homicide in third world countries, the theme amounts to a new agenda for security. In the light of various contributions, this presentation challenges the dominant view and attempts to clarify the basis of debates on the causes and consequences of violence, as well as the means to reduce it. (Read more on univ.paris1.fr).

Read: Issues in regulation theories.

links:

SpringerLink;

Attac France, english edition;

international viewpoint;

how big is the drug industry?

en francais:

Pierre Salama est économiste et professeur des universités (université de Paris-XIII). Latino-américaniste reconnu, primé par la chaire Julio Cortázar, il a publié de très nombreux livres, la plupart traduits en espagnol et en portugais. Membre du comité de rédaction de plusieurs revues étrangères, il a été directeur scientifique de la Revue Tiers Monde. Pauvretés et Inégalites dans le Tiers Monde. Collection dirigée par Robert Boyer et Pierre Salama: Dans le tiers monde, près d’une personne sur trois vit en dessous du seuil de pauvreté. Depuis le début des années quatre-vingt, cette pauvreté s’est aggravée dans la plupart de ces pays, même si cette tendence recouvre des évolutions très contrastées. Et le plus souvent, on a observé une accentuation – parfois spectaculaire – des inégalités sociales. C’est d’abord cette situation complexe qu’entende éclairer cet ouvrage. Pierre Salama et Jacques Valier y donnent une présentation détaillée d’indicateurs de la pauvreté et des inégalités et de leurs évolutions récentes. En s’appuyant plus particulièrement sur le cas des pays d’Amérique Latine, et en mobilisant un ensemble considérable d’études empiriques jusque-là peu connues en France, ils analysent les causes économiques de l’évolution de la pauvreté: l’inflation et le conflit profits/salaires aunquel elle donne lieu-, la récession économique et la montée du travail informel-, la corruption comme moyen de reproduction des inégalites. Au-delà de cet état des lieux, les auteurs proposent une analyse approfondie des politiques de lutte contre la pauvreté. La critique fouillée des
fondements doctrinaux et philosophiques de la voie libérale, qu repose sur une confiance quasi-aveugle dans les mécanismes de marché, leur permet d’explorer les conditions de politiques économiques et sociales alternatives. L’amélioration de la situation des pauvres n’est alors pas concue comme un simple sous-produit de la croissance économique , mais comme une nécessité éthique , par ailleurs constitutive d’une croissance durable. Pierre Salama et Jacques Valier sont tous deux professeurs d’université en économie, le premier à Paris XIII, le second à Paris- X. Ils ont publié de nombreux ouvrages, traduits en plusieurs langues. Tous deux, spécialistes du sous-développement, appartiennent au GREDIT (groupe de recherche sur l’Etat, l’internationalisation es techniques et le dévelloppement). (Lire le tout sur perso.orange.fr, et aussi sur next.u-paris10.fr).

Bio: Doctorat d’Etat : Paris Sorbonne 1970. – Agrégation Sciences Economiques, Concours 1976. Professeur à l’Université PARIS XIII à Villetaneuse. Directeur du groupe de recherche sur l’Etat, l’Internationalisation desTechniques et le (GREITD) depuis 1983 et jusqu’en avril 1993, membre du bureau du greitd depuis et directeur duCEDI-GREITD. Coordinateur d’un accord CAPES-COFECUB avec la France et le Brésil avec l’UFCE.(Université Fédéraledu Ceara jusque 1997. Coordinateur d’un accord ECOS avec l’Institut d’Economie de Montevidéo (Uruguay). Coordinateur d’un accord ECOS avec l’Université de Guadalajara (Jal, Mexique). Membre de la cellule des Relations Internationales de l’Université et du Conseil Scientifique également. Membre du conseilscientifique du CEDEJ (MAE-CNRS). Ce conseil se réunit une fois l’an afin d’évaluer la politique scientifique de la France enEgypter et procéder à des recrutements.Expert auprès du Ministère de l’éducation nationale et de la recherche depuis 1997. Membre du Comité de
rédaction de laRevue Tiers Monde et de plusieurs revues scientifiques latino-américaines.Pauvretés et inégalités dans le tiers monde avec J. VALIER, La Découverte, 1994, traduit en portugais (ed. Nobel) et enespagnol (ed Mino y Davila, et ed UNC). (Voir davantage sur redcelsofurtado.edu.mx). Il y écrit aussi à la fin: “La décomposition de certaines entrées de capitaux selon leur spécification (obligations, crédits) est utile pour analyser le déplacement de certaines contraintes externes et les marges de manoeuvre des gouvernements”.

Son dernier livre: LE DEFI DES INEGALITES, AMERIQUE LATINE / ASIE, une comparaison économique, par PIERRE SALAMA, dont l’introduction est a telecharger sur son site internet, ainsi que d’autres articles.

et sur amazon.

contact.
pour fichiers très lourds.

Comments are closed.